Etudes en cours

Développement d'outils

  • Développement d’un questionnaire de compréhension des mécanismes sous-jacents à la mobilisation scolaire.

Nous souhaitons valider un nouvel outil permettant de mieux comprendre les mécanismes sous-jacents à la mobilisation scolaire, le cas échant de repérer les élèves en situation de décrochage et les causes de ce dernier.

La prévention du décrochage est au cœur des préoccupations nationales et européennes depuis quelques années. Les conseiller.ère.s d’Orientation-Psychologues sont sollicité.e.s pour répondre à cet objectif ambitieux mais disposent de peu d’outils de repérage et de compréhension, outils qui sont parfois obsolètes.

Après avoir réalisé une importante revue de littérature sur les variables explicatives du décrochage et de la mobilisation scolaire, nous avons conçu un questionnaire qui intègre de multiples variables : motivation, rapport au savoir, estime de soi, sentiment d’efficacité personnelle, autonomie dans le travail, persévérance, théories implicites de l’intelligence, personnalité, climat de la classe, rapport aux pairs, méta-cognition, rapport à l’école…Nous nous proposons ici un partenariat permettant de répondre à un double objectif :

- d’une part, fournir aux collègues conseiller-ère.s d’orientation-psychologues un nouvel outil de dépistage du risque de décrochage et de compréhension des mécanismes sous-jacents à la mobilisation scolaire (et donc des facteurs de risque)

- d’autre part, les résultats obtenus au questionnaire pourront permettre aux COP de mettre en place des ateliers ciblés.

  • Développement d’un questionnaire d’auto-évaluation des processus cognitifs : pertinence d’une nouvelle méthodologie ?

Traditionnellement en psychologie cognitive, les processus cognitifs sont évalués par une méthodologie dite objective : le-la psychologue observe le sujet réaliser différentes tâches en utilisant des tests psychométriques standardisés tels que l’échelle WISC IV ou V.

Dans d’autres champs, l’auto-évaluation est utilisée pour évaluer la personnalité comme le BB5, test de personnalité pour adolescents (Barbot, 2012), l’intelligence émotionnelle tel que le SCEIT (Mayer, Salovey et Caruso, 2002). En neuropsychologie, plusieurs auteurs travaillent également à l’élaboration de questionnaires pour évaluer certains processus cognitifs tels que l’attention, la mémoire : le Questionnaire d’auto-évaluation de la mémoire (Van der Linden, Winjs, Von Frenkell, Coyette, Seron, 1988).

L’auto-évaluation a été critiquée par les béhavioristes, jugée comme ayant des biais par les

psychosociologues (Leyens, 1983). Dans cette méthodologie, on considère le sujet comme un expert capable de porter un regard objectif sur lui-même et certains auteurs (Bernaud, 1998) les conçoivent davantage comme des outils permettant surtout d’évaluer le concept de soi.

L’objectif de cette recherche est d’expérimenter et de valider un questionnaire d’auto-évaluation des processus cognitifs.

  • Développement d’une échelle dévaluation contextualisée des processus cognitifs

L’approche classique de mesure de l’intelligence se réfère à des tâches qui n’ont que peu de rapport avec les situations rencontrées dans la vie quotidienne, qui sont généralement abstraites, décontextualisées (Huteau, Lautrey, 1999). Or, la plupart des experts de ce domaine s'accordent à dire que l'intelligence a pour finalité l'adaptation à l'environnement (Chartier et Loarer, 2008). Binet, le père fondateur de la mesure de l'intelligence la définissait déjà comme « la faculté de s'adapter aux circonstances » (1905) et Wechsler (1975) précisait que la véritable fonction des tests d’intelligence est d’aider à prendre des décisions concernant la vie quotidienne. L’objectif de cette recherche est d’expérimenter une échelle d’évaluation contextualisée des processus

cognitifs et de voir si l’évaluation contextualisée permettrait une meilleure prédiction que les tests dits classiques, notamment en ce qui concerne l’adaptation sociale. Cette échelle a été pré-expérimentée en 2014-2015. Elle comprend dans sa forme actuelle 13 épreuves évaluant les capacités cognitives mesurées dans les échelles de Wechsler, mais contextualisées (durée de passation : environ 2h) et de nouveau en 2015-2016. Il manque encore des données pour la valider.